Actions

Work Header

Une nuit à l'auberge

Work Text:

Le bruit du tintement des verres se mêla au brouhaha des rires et des conversations qui allaient bon train. Liam soupira d’aise, bien installé contre le dossier de sa chaise, un verre d’alcool fruité à la main, un jeu de cartes dans l’autre, sa cuisse effleurant celle d’une jeune femme fort ravissante installée à ses côtés. Quel plaisir cela était de pouvoir se régaler d’un plat chaud et de profiter d’une chambre confortable, après des jours et des nuits à dormir à la belle étoile et à se nourrir de plantes, fruits secs et racines de la forêt. Oui, cette petite escale au sein du village où il se trouvait était une pause bienvenue dans son voyage.



Installé à une table avec trois gaillards comme adversaires face à lui, Liam observa discrètement son jeu, serein. Il était confiant, il pouvait gagner cette partie, il en était même certain. Lorsqu’il quittait un village, il le faisait le plus souvent en laissant derrière lui quelques cœurs brisés et quelques bonhommes dont il avait allégé la bourse…



Il lâcha un soupir alors que ses adversaires regardaient nerveusement leur jeu ainsi que Liam, prenant leur temps pour décider de leur prochain mouvement. Liam comprenait leur hésitation, après avoir remporté la première manche, mais tout de même… il ne comptait pas passer toute la nuit devant ce jeu... et certainement pas quand il était en galante compagnie, se dit-il en jetant un regard à la jeune femme à ses côtés.



Dix heures du soir… n’était-il pas déjà cette heure la dernière fois qu’il avait observé l’horloge ? Que le temps lui semblait long…



Était-ce également le cas pour Kavo ?



Kavo…



Il devait l’attendre dans leur chambre, comme à son habitude. Avait-il caché quelque chose cette fois-ci encore ? Une lanterne peut-être, ou le lit en voulant s’y installer…



Que faisait-il en ce moment ? Dormait-il ou l’attendait-il, son immense silhouette immobile jusqu’à son retour, où il se lèverait pour saluer son retour, et essayer de ne pas commenter sur les odeurs.



La culpabilité le serra au ventre, alors qu’il espérait que Kavo ne s’ennuyait pas trop, avant de s’étonner de ce sentiment si longtemps réprimé refaire surface. Il ne l’avait pas éprouvé les premières fois qu’il avait laissé Kavo pendant qu’il découchait, et pourtant voilà que la culpabilité refaisait surface, depuis peu…



Allons bon, ce n’était tout de même pas la première fois qu’il laissait Kavo seul, et cela ne l’avait jamais gêné jusqu’à présent. Pourquoi cela changerait-il ? Kavo pouvait très bien se débrouiller seul et il avait bien dû s'habituer à ses sorties…



Une envie subite de terminer son jeu et de rejoindre Kavo le prit, et il le réprima, s’en étonnant. Décidément, il agissait d’une bien étrange façon ce soir…



Un froissement de tissu se fit entendre alors que la jeune femme à ses côtés se penchait vers lui. Liam sourit en entendant les mots doux qu’elle lui chuchotait à l’oreille. Sa peau était chaude et douce et son parfum enivrant. Elle était belle, pas bien grande mais avec des formes voluptueuses et beaucoup de grâce dans ses mouvements. Une charmante petite créature, qu’habituellement, Liam aurait ramené dans sa chambre, si ce n’était pour l’autre créature qui s’y trouvait actuellement.


Ah, Kavo. Son pauvre démon ingénu. Liam le plaignait presque, de s’être pris d’affection pour lui, de l’avoir mêlé indirectement à ses affaires… Oh, il ne doutait pas de sa force surhumaine ou de sa capacité à se défendre, mais mêler Kavo dans sa fuite, dans ses ennuis… il n’avait jamais souhaité cela pour lui. Même si, il devait bien l’avouer, avoir un tel garde du corps le soulageait bien.



Qui aurait pu prédire une telle rencontre ? Liam n’était pas étranger à l’inconnu. Il avait vu et vécu suffisamment de choses pour ne pas s’étonner de l’existence d’une créature telle que Kavo. En revanche, être sauvé par un démon l’avait été, et d’avoir en Kavo un compagnon de voyage une surprise inattendue !


Kavo n’était pas un monstre comme les autres, il l’avait su dès leur première rencontre. Un démon comme lui n’aurait pas hésité à le tuer, ou à le manger. Mais voilà Kavo, le croyant en danger, qui avait décidé de le sauver, et de l’accompagner jusqu’en ville, sans rien attendre en retour. Un démon qui s’inquiétait de ses habitudes à errer un peu partout à la recherche d’herbes, de son régime alimentaire ou de son manque d’armes pour se défendre.

 

Liam ne put s’empêcher de lâcher un sourire, les yeux clos. Kavo était décidément un démon bien gentil… et bien innocent, pensa-t-il avec un sourire amusé. Il fuyait au moindre de ses contacts, la moindre caresse, le moindre baiser. Il s’enfuyait, se raidissait ou frissonnait de la tête aux pieds. Liam retint un rire. Qui aurait cru qu’il aurait pu faire peur à un démon ? Qui pouvait bien se vanter d’effrayer un monstre par des gestes d’affection ?

 

Liam s’amusait de ces réactions, et ne pouvait s’empêcher de les répéter occasionnellement, Kavo était décidément trop ingénu pour un démon. Liam trouvait cela incroyablement adorable, cela faisait partie du charme de Kavo…



Liam avait conscience de son propre charme. Il était séduisant et il le savait. Il en jouissait. Il aimait séduire et il aimait plaire. Hommes, femmes, un.e partenaire ou plusieurs, il n’avait pas de préférence. Il aimait séduire et être séduit, et il aimait le sexe. Il ne s’en était jamais caché et n’en avait jamais eu honte. Il comptait en profiter tant qu’il le pouvait, pourvu que cela dure.



Il n’avait jamais séduit un démon, ou une autre créature humanoïde. Cela ne l’avait pas empêché de se rapprocher de Kavo. Son apparence n’était pas attirante en soi, mais cela n’avait pas d’importance pour lui. La beauté de son partenaire n’avait aucune importance, pourvu qu’il soit à son goût et qu’il soit bon au lit.


Sa fourrure, chaude et douce, lui chatouillait la peau et n’était pas rigoureuse au toucher, elle était même plaisante à embrasser et à toucher. Liam aimait d’autant plus caresser ses longs cheveux bruns, les sentir glisser entre ses doigts. Sa carrure imposante pouvait être intimidante, Liam, au contraire, se demandait ce que cela ferait, d’être étreint par des bras si puissants, d’être lové au creux de son cou. Il avait souvent essayé de se rapprocher de Kavo pendant que celui-ci avait la tête ailleurs ou était endormi… jusqu’à présent, il n’avait été que peu souvent couronné de succès. Cela ne l’empêchait pas de recommencer. Son démon était si adorable dans son innocence…



Le fait que Kavo soit aussi affecté par ses caresses et ses baisers rendait la chose encore plus amusante.



Liam devait bien se l’avouer. Ses tentatives de séduction étaient, au départ, un jeu qu’il poussait par curiosité (pensez-vous, avoir un tel partenaire de lit ! L’idée était séduisante et ne manquait pas d’originalité), peut-être aussi avait été-t-il mû par un quelconque désir. Il avait espéré, au cours de son périple au cœur de la forêt, trouver les herbes qu’il cherchait et, pourquoi pas, un partenaire sexuel...



Néanmoins, il s’en était bien aperçu. Plus le temps passait, plus il en était venu à apprécier la compagnie de Kavo, et à se prendre d’affection pour ce monstre si innocent, maladroit et touchant, qui s’inquiétait pour lui et était prêt à tout pour le suivre.



Il était… difficile, de ne pas s’attacher à Kavo.



Il s’attachait rarement à ses conquêtes. Avec la vie qu’il menait, il ne pouvait pas se le permettre, mais Kavo s’était inséré au fond de son être avec une facilité déconcertante. Il avait même craint avoir usé de son pouvoir inconsciemment, avant que Kavo ne lui démontre la sincérité de ses sentiments. Devant une telle déclaration, Liam n’avait pu s’empêcher d’être touché.



Lui, qui n’avait presque jamais connu de relation à long terme, qui n’était pas connu pour sa monogamie, qui ne connaissait que les aventures d’un soir, que les nuits sans lendemain, il se… languissait, de la présence d’un autre être, de rechercher son contact, à tout prix. De vouloir son bonheur. De l’observer parler ou faire un geste quelconque, et ne ressentir qu’attendrissement.



Et voici, alors qu’il était en galante compagnie, il voyait les cheveux bruns longs et soyeux de la jeune femme, et imaginait ceux de Kavo qu’il avait si souvent glissé entre ses doigts.



Il étouffa un rire. Quelle surprise cela avait été. Lui, se prenant d’affection pour quelqu’un, d’un démon qui plus est. Un démon qui l’aimait en retour. La vie lui réservait décidément plein de surprises… mais Liam, étrangement, ne s’en plaignait pas. Au contraire, malgré le danger qui le menaçait sans cesse, il était curieux de voir où tout cela allait le mener.



Un bruit de chaise attira son attention, ses adversaires déposèrent leurs cartes tour à tour. Un bref coup d'œil lui suffit pour s’apercevoir que le jeu était en sa faveur. Avec un petit sourire, il dévoila son jeu à son tour, sans prêter attention aux soupirs des autres joueurs.



Tandis qu’il ramassait ses gains, ses yeux se posèrent à nouveau sur l’horloge. A peine dix heures et quart… Avait-il si souvent regardé l’heure pendant ses sorties ? Comme c’était étrange, cette nouvelle habitude… Lui qui n’avait jamais fait attention à l’heure, et qui rentrait souvent sans avoir conscience du temps qui avait passé…



Il proposa un nouveau jeu, que ses adversaires déclinèrent avant de s’éloigner pour aller noyer leurs malheurs dans l’alcool. La jeune femme profita de leur départ pour s’installer sur ses genoux, et les bras de Liam s’enroulèrent automatiquement autour de sa taille.


Elle sentait bon, pensa Liam. Son odeur allait imprégner ses vêtements et sa peau… Kavo lui en ferait certainement le reproche, et Liam prétendrait ne pas être affecté par le regard jaloux et blessé du démon.



Elle entoura son cou de ses bras, et Liam se mit à embrasser sa gorge offerte alors que ses mains caressaient son dos. Elle était décidément charmante… passer la nuit avec elle serait agréable, bien que Liam redoutait ce qui allait inévitablement arriver… Après chaque nuit d’amour, son ou sa partenaire ne manquait jamais de lui demander de rester, d’abord quelques jours, puis quelques mois… avant de le persuader de rester de façon permanente. C’était souvent ainsi. Ses partenaires essayaient toujours de garder Liam, de le persuader de rester, d’arrêter de voyager, d’essayer leur mode de vie, de se marier… Liam ne pouvait pas leur en vouloir, mais il redoutait ces moments. Même si cela partait d’une bonne intention, Liam s’était juré que personne ne l’attacherait ou le forcerait en quoique ce soit. Plus jamais.



Maintenant qu’il y pensait… la seule personne qui ne lui avait rien demandé était Kavo.



Bien-sûr, Kavo lui demandait parfois de ne pas découcher, mais jamais il ne lui avait demandé de vivre de la façon dont il le souhaitait. Au contraire, il s’était lui-même proposé de le suivre dans le monde des humains, lui un démon qui n’avait jamais connu que sa forêt, pour rester avec lui. Il avait été prêt à s’habituer à un monde qui n’était pas le sien, un monde où il serait chassé si jamais il était vu, juste pour rester à ses côtés. Il avait été… difficile pour Liam de ne pas y être sensible.



Ah, Kavo...



Le voilà qu’il pensait de nouveau à lui, au lieu de s’intéresser à la belle demoiselle dans ses bras…



C’est de ta faute, Kavo...



Il leva les yeux en direction de l’horloge. Dix heures vingt, à peine…



Que le temps était anormalement long ce soir…



Il était dix heures trente. Du moins, il le supposait. De toutes les choses qu’il avait découvertes dans le monde des humains, Kavo n’arrivait pas toujours à comprendre comment ces… horloges fonctionnaient. Elles mesuraient le temps qui passait, et Liam lui avait expliqué patiemment leur fonctionnement, mais Kavo avait toujours du mal à les comprendre.


Liam…



Voilà un long moment, qu’il était parti manger et s’amuser, en bas. Kavo l’avait laissé partir, en retenant ses supplications. Il savait que Liam n’aimait pas qu’il lui demande de ne pas y aller. Kavo n’aimait pas le voir partir pour aller s’amuser et… toucher ces gens, mais il aimait Liam, et ne voulait pas le contrarier, ou se disputer avec lui, ainsi il n’avait rien dit.



Il se demandait quand Liam allait rentrer, et quelle odeur il allait encore sentir… de la fumée, des fleurs, du parfum… il n’aimait pas ces odeurs, elles cachaient celle de Liam, et cela voulait dire qu’il avait… touché et avait été touché par eux. Oh, il n’avait rien contre les humains. Il avait pu découvrir tant de merveilleuses choses construites par eux, les bons plats qu’ils cuisinaient, ces choses qu’ils inventaient… mais il n’aimait pas les voir trop près de Liam. Il avait peur, qu’un jour, Liam ne décide de partir avec l’un d’entre eux, laissant Kavo seul… comme avant… avant qu’il ne rencontre Liam…



D’aussi loin qu’il se souvenait, il avait toujours vécu seul dans la forêt. La compagnie ne lui manquait pas, puisqu’il n’en avait jamais connu, mais c’était… blessant, de voir animaux, humains et même les autres démons s’enfuir en sa présence. Que leur avait-il fait, à part présenter une forme… monstrueuse. Il avait dû apprendre à vivre avec. Vivre seul, voyager seul, dormir seul, manger seul. Observant les autres êtres vivants de loin, interagir ensemble. Jusqu’à sa rencontre avec Liam.



Kavo n’en avait pas cru ses yeux. Jamais, auparavant, quelqu’un n’avait pas tremblé à sa vue, observé son apparence sans peur, lui parlant normalement, comme à un égal.



Liam n’était pas comme les autres, il l’avait vite appris.



Enivré par ce qui avait été sa première vraie conversation avec un autre être humain, Kavo n’avait pas résisté à cet appel… celui d’avoir plus… et s’était proposé comme guide afin de profiter encore plus de sa présence.



Il avait vite découvert que, plus il passait de temps en sa présence, plus il sentait qu’il ne voudrait plus le quitter, qu’il voulait passer plus de temps avec lui, allant même jusqu’à l’accompagner dans le monde des humains, lui qui n’avait jamais eu aucune inclination à quitter sa forêt. Il voulait continuer à voyager avec Liam, vivre avec Liam, demeurer à ses côtés, parce que jamais il ne s’était senti aussi… aussi vivant.



Il se sentait exister, pour la première fois de sa vie.


Pour la première fois de sa vie, il avait rencontré quelqu’un qui discutait avec lui, comme à un égal, quelqu’un qui ne se souciait pas de son apparence, quelqu’un qui voulait le toucher. Lui. Le toucher et l’embrasser. Bien que Kavo protestait et s’éloignait de ce contact, il… aimait tout cela (bien qu’il n’osait l’avouer à Liam, il serait trop satisfait). Ressentir les baisers et les caresses de Liam lui procurait une douce chaleur au sein de son être, et il était submergé d’émotions comme jamais avant.



Liam le faisait vivre, apportait des couleurs dans sa vie. Il était… précieux.



La chose la plus précieuse de sa vie, et Kavo était prêt à veiller sur lui, le protéger et rester à ses côtés aussi longtemps que Liam le voulait, et percer le mystère qui l’entourait. Il voulait tout savoir de lui, et l’aimer encore plus.



(Il espérait pour toujours)



Son cœur se serra et il observa l’horloge à nouveau.



Liam… Tu me manques....



Il s’allongea sur le lit, avec précaution, veillant à ne pas casser le matelas. Les couvertures étaient froides mais douces au toucher et, surtout, elles avaient l’odeur de Liam. Il roula sur le côté, enfouissant son visage dans les oreillers, serrant les couvertures contre lui, pour mieux s’imprégner de l’odeur de Liam. Il avait un parfum si particulier qui n’appartenait qu’à lui.



Il ferma les yeux, inspirant profondément le parfum de Liam en l’imaginant dans ses bras, sa grande et fine silhouette, sa peau douce et chaude, ses cheveux soyeux, ses yeux violets si extraordinaires (il n’avait jamais vu une telle couleur, cela le fascinait). Il se demanda ce que cela ferait, de l’embrasser. Il s’imagina imprégner Liam de son odeur et rougit.



Un petit rire amusé le tira de ses pensées.



— Eh bien, moi qui avait peur que tu t’ennuies… je me trompais !



Kavo se redressa aussitôt du lit, comme s’il avait été frappé par la foudre.



— L… Liam ??



Ce dernier sourit, une lueur amusée dans le regard. Kavo réalisa avec honte que, tout pris à ses pensées, il ne l’avait pas entendu arriver.



— Oh, ne t’arrête pas pour moi… tu avais l’air de t’être bien installé, répondit Liam sans se départir de son sourire.



— De… depuis quand tu es là ? lui demanda Kavo nerveusement.



— Je viens juste de revenir, pourquoi ? demanda Liam, qui avait décidé de se mettre à l’aise en enlevant chaussure et son haut pour ne laisser que sa chemise. Tu faisais des choses coquines ? ajouta-t-il avec un sourire taquin.



Kavo crut s’étouffer.



— Non, rien du tout !! s’empressa-t-il de répondre.



Cela ne fit qu’agrandir le sourire de Liam.



— Tu es bien sur la défensive… et moi qui croyais te faire plaisir en revenant te voir ! répondit Liam avec un air faussement blessé.



Cela acheva de calmer le démon. Il ne voulait surtout pas donner à Liam l’impression qu’il ne voulait pas de lui, loin de là.



— Ce n’est pas ça… mais… je ne m’attendais pas à te voir revenir si tôt…



Liam l’observa avec un petit sourire énigmatique et Kavo souhaitait une nouvelle fois pouvoir lire dans les pensées de son compagnon, savoir déchiffrer ses expressions lorsqu’il se montrait secret et mystérieux.



— Hum… je comprends, moi non plus d’ailleurs.



— Vraiment ?



— Pour tout te dire, je commençais à m’ennuyer, et puis…



Il laissa passer un moment de silence, contemplatif.



— … puis quoi ? le pressa Kavo.



Liam se retourna vers lui.



— Tu me manquais ~ répondit-il, sa voix aussi lisse que le miel, ajoutant un clin d’œil à ses propos.



— Tu es revenu… pour moi ? demanda Kavo qui commença à ressentir comme des ailes de papillons dans son ventre.



— Ça a l’air de t’étonner… n’es-tu pas content de me voir ?



— Je serai toujours heureux de te voir, répondit Kavo avec une sincérité qui le fit rougir.



Les yeux de Liam s’écarquillèrent légèrement, la lumière dansant dans ses yeux violets, puis il laissa échapper un petit rire amusé.



— Kavo… tu es décidément un démon trop adorable pour ton propre bien… dit-il en se rapprochant petit à petit.



— Je ne suis pas adorable, protesta Kavo par habitude mais, intérieurement, il ne put s’empêcher de sourire. Je suis un démon de la forêt.



— Tu es un démon, concéda Liam, et tu es adorable.



Il acheva la distance qui le séparait de Kavo et posa ses lèvres sur celles du démon. L’instinct (et l’habitude) de Kavo aurait été de le repousser et de s’agiter nerveusement, comme il le faisait chaque fois que Liam initiait un contact intime avec lui, mais les lèvres de Liam étaient chaudes et douces contre les siennes, et son corps se collant au sien lui procura de délicieux frissons au fond de son être.



Kavo n’eut pas le loisir d’apprécier le baiser autant qu’il l’aurait voulu que, déjà, les odeurs virent envahir son espace. Celles des autres. Instinctivement, il se renfrogna et détacha ses lèvres de celles de son compagnon. Il ne devait pas, il le savait, surtout quand Liam était là, avec lui, collé contre son corps, mais il ne pouvait pas s’en empêcher.



Liam, bien-sûr, le remarqua. Il avait toujours été très observateur.



— Eh bien, qu’y-a-t-il ?



— Rien du tout, répondit Kavo précipitamment, trop précipitamment.



— Il y a quelque chose, lui répondit Liam avec un léger ton de reproche.



Lorsque Kavo ne répondit pas, Liam répondit, les sourcils froncés, avec un ton légèrement plus autoritaire :



— Kavo, qu’est-ce qu’il y a ?



Kavo secoua la tête, gêné, mais céda.



— Rien, c’est juste… ces odeurs…



Liam haussa des sourcils.



— Hum ? Oh, tu veux dire celles des personnes qui étaient avec moi ?



Kavo hocha la tête, n’osant pas en dire plus. Il ne voulait pas entendre les éventuelles remontrances de Liam concernant son choix de découcher.



Liam l’observa un instant.



— Cela t'ennuie donc tant que ça ? demanda-t-il doucement, sans reproche.


Kavo ne répondit pas, mais Liam avait sa réponse. Il l’observa longuement, avant de parler :



— Pourquoi ne pas les enlever, dans ce cas ?


Kavo l’observa comme s’il venait de lui pousser une seconde tête. Que voulait-il dire ?



— Quoi ?!



Le sourire de Liam s’élargit et ses yeux s’allumèrent d’une lueur familière, affamée.



— Tu n’as qu’à enlever ces odeurs, puisqu’elles te déplaisent tant… et y mettre la tienne…



Liam passa sa langue sur ses lèvres, défaisant les premiers boutons de sa chemise, et Kavo, presque hypnotisé par ce spectacle, comprit. Sa voix sembla alors se coincer au fond de sa gorge, il s'humecta les lèvres et son cœur s’accéléra.



Liam l’observait sans rien dire, avec patience.



Kavo crut voir ses mains trembler quand celles-ci commencèrent à déboutonner les boutons de la chemise de Liam. Comme c’était ironique, lui, un démon avec une poigne si puissante qu’elle aurait pu écraser ce corps vulnérable entre ses mains, qui déboutonnait un vêtement avec tant de délicatesse. Les yeux de Liam étaient écarquillés de surprise, avant qu’un sourire de plaisir n’étira ses lèvres.



Il était beau, songea Kavo. Il aimait ces lèvres fines et roses, la façon qu’elles avaient de s’étirer en un sourire sincère, de laisser échapper une voix douce et plaisante, ou un rire éclatant qui ne manquait jamais de réchauffer son cœur. Il les aimait alors qu’elles brillaient, humidifiées par la langue de Liam, et il voulut les goûter.



Sa langue vint effleurer ces lèvres tentatrices, doucement, hésitante, puis Liam ouvrit les lèvres et Kavo ne résista pas.



Sa langue se mêla avec celle de Liam, s’étreignant et dansant, alors que ses propres lèvres touchèrent celles de Liam, évitant avec précaution que ses crocs ne percent trop brutalement les lèvres de son compagnon. Ce baiser était électrisant et Kavo sentit une douce chaleur l’envahir tout entier.


Liam haleta lorsqu’ils rompirent le baiser, un petit sourire aux lèvres, ses joues prenant une légère couleur rosée. Hypnotisé, Kavo l’observa alors que sa poitrine montait et descendait au fil de sa respiration, et l’expression de plaisir sur son visage, et découvrit qu’il voulut voir plus… plus de réaction venant de Liam.


Sa langue trouva le chemin de son torse dévoilé, explorant d’abord la gorge, titillant la pomme d’Adam puis descendant au niveau des pectoraux, goûtant les deux mamelons roses et durs. Entre ses mains, Liam tremblait et haletait de plaisir, des petits gémissements sortaient de sa bouche et il rejeta la tête en arrière, les yeux clos et les joues à présent rouges, alors que la langue de Kavo s’était déplacée vers le ventre, explorant le nombril.



Kavo l’observa, comme hypnotisé. Jamais il ne l’avait vu réagir ainsi, lui qui paraissait toujours maître de lui-même.



C’était… grisant, excitant.



Il voulait voir plus.



Sa langue remonta le long de son torse jusqu’à la mâchoire, l’embrassant à nouveau, puis goûtant. Sa bouche, ses joues, ses oreilles, puis redescendant au niveau de la gorge, s’attardant sur les mamelons qu’il léchait et mordillait délicatement.



Sa peau était douce et chaude sous sa langue, et il avait un goût à la fois salé et sucré. Il avait un goût addictif et Kavo découvrit qu’il n’en aurait jamais assez de Liam.



Il était tellement beau, en cet instant, les joues rouges, les yeux embués par le plaisir, les lèvres entrouvertes, le corps chaud et tremblant.



Après avoir titillé son nombril, il s’arrêta au niveau de la taille. Il hésita et constata qu’il était nerveux.



Il… ne pouvait pas.



Pas maintenant, pas aujourd’hui.



Il n’était pas prêt.



Sa nervosité l’emporta sur son enthousiasme, et il se sentit honteux.



Liam, qui avait relevé la tête, l’observait avec un regard concerné.



— Que se passe-t-il ? Ça ne va pas ?



— Je… je…



Sa gorge devint soudainement sèche et Kavo n’osa pas parler.



Liam se détacha de lui et l’observa, et Kavo se sentit soudainement vulnérable face à son regard. Avait-il déçu Liam ? Allait-il retourner en bas de l’auberge, puisque Kavo ne l’avait pas contenté ? Il se sentit coupable de ne pas avoir été à la hauteur et son expression s’assombrit.



— Hum… je vois, dit alors Liam.



Kavo ferma les yeux, ne pouvant pas supporter de voir l’expression déçue de Liam.



— Restons-en ainsi pour cette nuit.



Surpris, Kavo ouvrit les yeux et releva la tête. Face à lui, Liam l’observait avec un sourire compréhensif.



— Vr… vraiment ? Je veux dire… tu n’es pas déçu ?



— Hum… à ton avis, avais-je l’air déçu quand je tremblais et gémissait dans tes bras ? le taquina Liam.



Kavo secoua la tête, rougissant face à ces précédentes visions.



— Tu as fait un grand pas ce soir Kavo, je ne suis pas déçu, loin de là… le rassura Liam.



Son sourire était doux, tendre et réconfortant et Kavo se sentit apaisé.



— Et puis, ajouta Liam, nous aurons tout le temps d’aller plus loin plus tard, chaque chose en son temps. J’ai déjà hâte de recommencer, pas toi ?



Kavo se raidit, rougissant.



— Liam !!



Le rire de ce dernier lui répondit.


Liam se dévêtit pour ne laisser qu’une longue chemise en guise de pyjama puis s’installa sur le lit, avant d’inviter Kavo à le rejoindre. Kavo s’allongea à ses côtés, veillant à ne pas briser le matelas et à laisser de la place à son compagnon.



La main de Liam vint caresser son visage, dissimulé sous ses longs cheveux. Kavo le laissa faire, fondant sous ses caresses.



— Tu es incroyable Kavo, dit Liam. Je n’ai jamais connu quelqu’un comme toi, tu es… exceptionnel.



Le cœur de Kavo fit un bond. Personne ne lui avait jamais dit qu’il était incroyable ou exceptionnel, tout le monde fuyait en le voyant… mais pas Liam, jamais Liam.



— Ça me fait drôle d’avouer ce genre de choses, continua Liam, mais je me demande vraiment ce que tu me trouves, je n’ai rien fait pour ça, je n’ai même pas toujours… été quelqu’un de bien, et pourtant, te voilà avec moi… Vraiment, tu es à plaindre, mon pauvre et gentil démon…



Kavo secoua la tête. Il était vrai qu’il ne connaissait rien du passé de Liam, hormis qu’il était poursuivi pour des choses qu’il aurait commises dans le passé. Cela avait du être grave mais… Kavo ne pouvait pas blâmer ou juger Liam. Il ignorait ce qu’il avait fait, mais refusait de croire que Liam était un être purement cruel. Liam était un être entouré de mystères, des mystères que Kavo espérait secrètement découvrir un jour, et il était persuadé qu’il était plus que son passé.



Liam était si gentil et patient avec lui. Il ne l’avait pas fui ou attaqué à sa vue, il lui parlait le plus simplement du monde, avait soigné ses blessures, lui faisait goûter sa nourriture pour lui faire découvrir des nouvelles saveurs, s’occupait de ses cheveux avec soin et douceur. Il souriait et riait en sa présence.



Liam était la chose la plus précieuse dans sa vie. Il n’y avait plus qu’un avant Liam et après Liam, dans son monde, le monde d’avant était gris et morne, parce que Liam était sa vie à présent. Même si Liam ne le voyait pas, il y avait plein de facettes de lui qui faisaient que Kavo l’aimait et en était tombé amoureux.


— Je… je ne suis pas à plaindre ! protesta Kavo. Et si je suis avec toi, c’est parce que je t’aime, Liam ! Tu es unique et… doux… et sincère…



Liam écarquilla des yeux sous la surprise de cette déclaration, mais cela ne dura qu’un instant, puis il laissa échapper un rire surpris, heureux.



— Ah Kavo, j’ai vraiment de la chance de t’avoir rencontré ! répondit Liam.



— Non… répondit Kavo.



— Quoi ?



— C’est moi… qui suis chanceux… de t’avoir rencontré, acheva Kavo.



Liam sourit, en cet instant il avait l’air véritablement heureux et le cœur de Kavo se souleva de bonheur en réalisant que c’était grâce à lui.



— Bonne nuit, Kavo…



— Bonne nuit, Liam.



La nuit s’acheva pour eux dans les bras de l’autre.