Actions

Work Header

Puissance 4.

Chapter Text

Bertrand est nerveux, peut être plus verveux que l’homme qui se tient à côté de lui. Ils ont tous les deux rendez-vous dans les locaux de TF1 mais pour la première fois ils allaient être confrontés à leur homologue. Le patron de la grande chaine veut qu’ils rencontrent les figures phare de Quotidien. Evidemment Bertrand a déjà rencontré Hugo Clément, ancien chroniqueur, Matin une ou deux fois de loin, mais Yann Barthes presque jamais. Un peu comme un mythe.

- Cham’ tu es là ?

Camille s’amuse en voyant que son camarade n’en mène pas large. Ce n’est pourtant qu’une réunion de courtoisie, mais il y a comme une sorte de compétition invisible qui plane au-dessus d’eux. Deux chaines, deux types d’émission, deux couples. Ça les dirigeants ne le savent pas, mais les deux sudistes ne l’oublient pas.

- Ah bah les voilà !

Au bout du couloir la voix enjouée de Yann résonne, et les quatre hommes se retrouvent enfin devant la porte du bureau.

- Eh bien y a plus qu’à, comme on dit !

Pour prendre l’avantage Camille entre en premier et s’installe au hasard autour de la trop grande table centrale. Yann vient se mettre face à lui, laissant la place à Martin à ses côtés et à Bertrand en face. Ils peuvent commencer, sans vraiment trop savoir de quoi parler.

- Evidemment ils espèrent sûrement qu’on ressorte d’ici avec un concept à quatre mains. Soupire Yann.
- Qui veut gagner des quotidiens ? Sourit Camille.

La discussion est enfin engagée entre eux. Minute par minute ils parlent de leur ressentit sur la chaine, sur leurs positions, leurs propositions, leurs contrats. Bertrand, comme Martin, reste un peu en retrait, mais Camille remarque qu’ils échangent malgré tout, avec les yeux.

Le montagnard ne connait pas assez Martin pour le définir, mais il peut écrire un livre comportemental sur Bertrand. Ses épaules un peu basse, sa main qui passe sans cesse dans ses cheveux et son sourire en coin, ne dit rien qui vaille.

La discussion s’éternise. Yann aussi tente de raccrocher son reporteur à ce qui les intéresse, mais en vain, deux groupes se forment petit à petit, et laissent Yann et Camille à la partie sérieuse. Bertrand arrive à faire bonne figure mais le dernier éclat de rire nerveux de Martin brise la conversation.

- Finalement on va créer un concept pour vous deux. Ironise Yann.
- Et pourquoi pas ?! Présentateur, reporteur, on sait faire.

La réponse franche de Bertrand ne plait pas vraiment au grisonnant, mais le sourire de Martin l’oblige à ne pas répliquer. Ils se quittent quelques minutes après, d’une poignée de main franche.

- A bientôt j’espère !

La salutation du plus petit achève Camille qui boue doucement dans l’ascenseur. Par précaution il se retient jusqu’au parking, mais Bertrand sait déjà ce qu’il va dire, il attend simplement le claquement de la porte de la voiture.

- Ça va monsieur s’amuse bien ! On est venu pour bosser, pas pour s’amuser !
- Cam… on n’avait rien à faire tous les quatre. Tu le savais aussi bien que moi.
- Ça ne t’obligeait pas à t’amuser toute la réunion avec Martin. Vous vous entendez bien pour des gars qui ne se connaissent pas.
- Arrête tout de suite ! Le coupe le brun. Ne commence pas à te faire je ne sais qu’elle idée, par pitié.

La rudesse de la phrase fait retomber toute l’ambiguïté de Camille, qui démarre finalement jusqu’à la sortie du parking. Bertrand a toujours le dernier mot dans leurs disputes, il sait qu’un jour cela peut lui jouer des tours mais une part de lui veut lui faire confiance.

Sur le siège passager Bertrand tente de se faire discret, évidemment il n’est pas entièrement vrai avec son compagnon, mais dans sa main les messages qui défilent lui offrent une étrange sensation.

« Une soirée juste tous les deux ce serait plus sympa non ? »

Martin est entreprenant avec lui, avec quelle idée derrière la tête le niçois ne le sait pas encore, mais cet inattendu du jour lui change de la monotonie de ses journées.

« Demain soir ? » Martin insiste. « Je connais des coins où on serait très tranquille ».

Camille tourne ce soir-là, au début Bertrand allait le rejoindre, mais depuis quelques temps il restait chez eux, à préparer sa propre chronique ou juste regarder un film. Sortir avec Martin est de toutes les propositions la plus alléchante.

« OK, 20h ? »
« Parfait ! »

------

Ses lunettes glissent sur le bout de son nez, mais Yann ne fait plus d’effort pour tenter de les remettre en place. Il essaie simplement de se concentrer sur ce qu’il est en train de lire, sans repenser encore et encore à la réunion d’hier. Il a très vu ce qui se tramait à sa droite, il connait Martin par cœur et Bertrand cache très mal son jeu. Mais pourtant il sait aussi l’amour que Bertrand a pour Camille, après tout c’est ce dernier qui l’a remis sur le devant de la scène en termes de télévision. Bertrand est dangereux, Yann le sait, mais il ne peut pas protéger son compagnon comme il le veut.
Quand ils ont quitté eux même le bâtiment de TF1 Martin l’a défendu de faire la moindre remarque. Signe clair que la situation est risquée, mais bornée des deux côtés.

« On m’a demandé un rapport de notre réunion, je dois dire quoi ? »

Mais le dernier message envoyé à Camille pour en savoir plus ne trouve malheureusement pas de réponse rapide. Le montagnard doit sûrement être en réunion ou tourner, ou dormir avec la radio tôt le matin. Aussi Yann continue de lire une ligne sur deux avec l’espoir que ce ne soit que son imagination qui lui joue des tours.

« On doit pouvoir leur répondre qu’on peut bosser tous les 4. Mais qu’on n’a pas le concept qui va avec. »

C’est presque une heure après que Camille répond enfin, arrachant un sourire à Yann. Il a réussi à se concentrer quelques instants pour boucler l’émission du soir, mais immédiatement son cerveau lui rappelle que les choses ne sont pas comme tous les jours. Il tape aussi vite qu’il le peut une réponse, de peur que Camille reparte.

« Je ne sais pas qu’elle idée leur ai passée par la tête… »
« Moi j’étais content de m’imaginer faire quelque chose avec toi au final. Tu es le taulier quand même ! »

Un rire s’échappe des lèvres du grisonnant. Il hésite à répondre quelque chose de semblable, mais ça lui parait trop familier pour une première rencontre. Evidemment il ne peut que saluer la montée en flèche de la carrière de Camille et affirmer qu’il apporte un vent de fraicheur à la télévision française, mais un sentiment le retient en arrière. Non pas de la rivalité, mais de la prudence. L’inverse même du comportement de Martin.

« Je dois passer dans les locaux pour voir un monteur avant de tourner, si tu veux faire un debriefing d’hier je pourrais faire un crochet par vos bureaux quelques minutes. »

Yann ne le sait pas mais à l’autre bout du message Camille regrette déjà. Il ne sait pas pourquoi mais il a envie de revoir son collègue aujourd’hui, comme si leur première rencontre avait déclenché en lui une attirance particulière.

« Je serais dans mon bureau. »